Raymond Bath

   

 
Raymond Bath, écrivain et  poète Wallon apprécié, écrivant aussi  bien en français qu’en patois ou  même dans d’autres  langues a accepté sans  hésitation de devenir notre  conseiller artistique, littéraire et culturel. Nous  l’en remercions profondément et publions  un de ses textes en langue endogène carolorégienne.

DES MONCHAS D’MONTAGNÈ

  

Gn’a wére di tins, adons qui dj’èsteus su l’place du Forom, in automobilisse m’atauche èt  mi dmande :

-         Dijèz, Mossieur, dji seûs bé ci Montgnè-Tiyou ?

-         Non fét, m’garçon, vos ètèz ci à l’Noûville dins l’comune da Montgnè-sur-Sambe

-         Oyi mins Montgnè-Tiyou, c’èst p’tète djusse a costè ?

-         Wô non, m’fis ! D’in Montgnè a  l’aute, gn’a sakants kulomètes.

-         Comint c’èst-i posibe ?

-         Erwétèz come i faut su vos carte routière. Vos virèz bé.

-         Dj’é pièrdu m’carte routière

-         Ca c’èst malé ! Vos n’avèz qu’a dè rachtér ieune al librérie, d’roci, d’dsus l’cwin.

 

L’èst vré qu’dès Montgnès, Montigny, Montignies, gn’a dès monchas ré qu’en Wallonie. Vos avèz, par ègzimpe : Montigny-le-Tilleul, Montegnée, Montignies-sur-Roc, Montignies-Saint-Christophe, Montignies-lez-Lens, èt bé seûr Montignies-sur-Sambre. Dès Montgnè, parèt-i, gn’a co branmint d-z-autes en France.

 

Mins qw’ èst-ce qui ça vout dire « montigny » èt dispus quand qui l’egzisse li Montgnè da  nous-autes ?

 

Dès cés dijnut qui « montigny », ça vout dire « montagne  de feu » pasqui « ignis » dins l’parlâdje latin, c’èst du feu. Ça c’èst des  fôves di powètes. Montgnè, ça vout dire : « in endrwèt qu’èst muchi d’dzeus in grand tiène ». Gn’a y-ieût branmint dès fosses a Montgnè mins gn’a jamés y-ieût d’volcan !

 

Dispus quand qui l’egzisse ? Dispus dès sièkes èt des sièkes, parèt-i.

 

El pus vî des qwârtis, ça sreut l’Noûville. C’èst comike, hin, ène sakwè d’noû qui sreut pus  vî qu’èles-autes !

 

Gn’a fôrt longtins di d’ci, ène « vila » ç’èsteut ène grosse-grosse cinse amontchiye come ène fôrtèrèsse. Ele « vila », èle èsteut noûve … dins c’tins-la !

 

Pou comprînde èl retant dè m’istwère, faut qui dj’vos dije qui dji dmeure djustumint a l’Nouville.

 

Gn’a sakants djoûs di d’ci, dji fouyeut m’djârdin. Tout d’in côp, dji wès ène drole di ptite sakwè. Djè l’ramasse et dji l’mousse à m’feume in lyi djant :

-         A vos chèmanse, Neli, qw’èst c’qui c’èst qu’ça ?

Dji lyi done li p’tit machin ; t’ossi râde, èle si pète a  rire.

-    Hè bé, m’fi, vos d’alèz ièsse célèbe. On va scrîre di d’dins li rvûwe « Hainaut-Tourisme » : « Mossieur Rémond Bath, archéologue amateur, vient de  prouver la  haute antiquité de Montignies-sur-Sambre … in ramassant dins  s’jardin, a l’Nouville, li pus vî qwârti d’èle comune, … in bouton d’culote di saudârt romîn ! ».